Des cartes postales de missionnaires aux albums de Sapeurs : une enquête par l’image en République du CongoSéminaire « L’histoire de l’art à l’heure du numérique et de la science ouverte »

Des cartes postales de missionnaires aux albums de Sapeurs : une enquête par l’image en République du Congo

Les pratiques vestimentaires marginales sont délicates à documenter, qui plus est en situation coloniale. Avant les procès documentés des années 1930 contre les « élégants » jugés subversifs, les archives sont rares, éparses et le plus souvent économiques, ne disant rien des manières de se vêtir, des attitudes et des gestes.

Cependant, la mise en place de la colonisation à partir des années 1880 fait naître quantité de photographies : photographies des « explorateurs » mais surtout photographies de colons amateurs se créant des souvenirs, cartes postales d’éditeurs qui fabriquent du pittoresque ou encore cartes postales éditées par les missionnaires et vendues au profit de leurs œuvres. Elles ont pour motif les corps que Européens croient nus mais aussi les « élégants », « habillés à l’européenne ». En forme de réponse, les Congolais se font tirer le portrait dans des studios, maîtrisant ainsi leur image.

De cette profusion de photographies, collectées aujourd’hui en partie grâce à internet, peut naître une enquête à la fois dans le détail des images comme dans leur organisation en séries.

Intervenant

  • Manuel Charpy (CNRS/InVisu)

À propos de ce séminaire

Coordination : Sophie Raux (LARHRA) et Mercedes Volait (InVisu), en partenariat avec le Centre allemand d’Histoire de l’art – DFK – Paris

Le séminaire souhaite œuvrer au partage de retours d’expérience des recherches à dimension numérique (aussi bien implicite qu’explicite) conduites au sein de la discipline de l'histoire de l'art, qu’il s’agisse de gestion et de publication des données utilisées (on parle désormais de « curation » de données), ou d’orientations plus complexes, telle que la visualisation, la spatialisation, ou encore la formalisation multidimensionnelle de l’information réunie. L’objectif est de favoriser la transition numérique de l’histoire de l’art en se donnant des clés pour maîtriser un domaine d’innovation en perpétuelle ébullition et améliorer ce faisant la visibilité internationale de la recherche française.

 Voir le programme complet du séminaire

Télécharger le PDF du programme

__

Informations pratiques

11 juin 2019 – 11 h-13 h (Intervention à Paris, relayée à Lyon)

Séminaire en 5 séances le mardi de 11 h à 13 h.
Alternativement à Paris,
Centre allemand d’Histoire de l’art, Hôtel Lully,
45, rue des Petits-Champs
et à Lyon,
Salle André Bollier, MSH Lyon Saint-Étienne,
14, avenue Berthelot, Lyon,
avec un dispositif de visioconférence permettant la diffusion simultanée sur les deux sites.