Arts visuels, décoratifs et monumentaux au Maghreb et au Moyen-Orient (XIXe-XXIe siècles)

Marguerite Nakhla, Le Bain, 1947, huile sur toile, 99 x 80 cm, Musée d’art moderne égyptien, Le Caire, Photo : Rana El-Nemr

Arts visuels, décoratifs et monumentaux au Maghreb et au Moyen-Orient (XIXe-XXIe siècles). Sources et interprétations, d’un médium à l’autre.

Séminaire hebdomadaire organisé par Nadine Atallah (Paris I-InVisu), Juliette Hueber, Claudine Piaton et Mercedes Volait (CNRS-InVisu), du 22 janvier au 16 avril 2019.

___

Que les contours en aient été déterminés par des réformes endogènes, par la colonisation, par les conditions de la Guerre froide et/ou celles de la décolonisation, la création artistique sur le pourtour sud et est méditerranéen, et au-delà dans la Péninsule arabique et en Asie centrale, a été le produit à la fois d’interactions supranationales et d’enracinements locaux variés, qui se sont matérialisés dans toutes sortes d’innovations et d’hybridations, d’échappées particulières et de dyschronies. L’étude et la déconstruction de ce champ artistique se sont pourtant principalement occupées jusqu’à présent des stéréotypes véhiculés par le « centre » sur ses « périphéries ». L’objectif du séminaire est de renverser la focale pour placer le Maghreb et le Moyen-Orient en tant que territoires de création artistique au cœur de l’enquête. Il est aussi de transgresser les approches par médium qui segmentent et obscurcissent les problématiques communes aux arts plastiques, aux arts décoratifs et à l’architecture de cette aire géoculturelle. Dans cette exploration d’une approche plurimédiale, plus interactionniste et multipolaire des œuvres et des mondes de l’art qui y ont vu le jour, quelle importance accorder aux caractéristiques visuelles, esthétiques et techniques des œuvres ? Leur prise en compte ne doit-elle pas accompagner, voire enrichir l’analyse sociopolitique, dans l’optique de contextualiser le regard et ainsi favoriser l’engagement dans les territoires étudiés et vis-à-vis des sociétés qui les composent ? Ouvert aux masterants et doctorants, le séminaire s’adosse aux travaux, outils et ressources numériques développés par le laboratoire InVisu dans le cadre de contrats de recherche français et européens et de partenariats diversifiés.

Télécharger le programme au format PDF

Programme :

  • Mardi 22 janvier
    Séance introductive : Mercedes Volait, Laboratoire InVisu
    Actualité bibliographique et documentaire, et perspectives de recherche autour de la materialité
  • Mardi 29 janvier
    Claudine Piaton, Bulle Tuil Leonetti, Juliette Hueber, Laboratoire InVisu
    À propos de « Fabriques de la tradition », dossier thématique d’ABE Journal no 13
  • Mardi 5 février
    Eric Delpont, Institut du monde arabe
    La Donation Claude & France Lemand au musée de l’IMA : redonner sa place à la modernité dans l’histoire des arts du monde arabe
  • Mardi 12 février
    Nadia Radwan, Université de Berne
    Au-delà du signe : généalogies esthétiques et politiques de l’abstraction au Moyen-Orient
  • Mardi 19 février
    Alain Messaoudi, Université de Nantes
    Les salons de beaux-arts en Tunisie (1888-1968)
  • Mardi 26 février
    Une conversation entre Nadine Atallah, InVisu, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et Samia Henni, Cornell University
    Croiser l’analyse esthétique et l’approche sociopolitique : un défi continu
  • Mardi 5 mars
    Pause d’enseignement
  • Mardi 12 mars
    Nagham Hodaifa, HiCSA, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, en présence de l’artiste Laila Muraywid
    Regard sur l’art syrien au « féminin ». Laila Muraywid, L’interdit et l’émerveillement comme matières picturales
  • Mardi 19 mars
    Annick Lacroix, IDHES, Université Paris Nanterre
    Des bureaux de poste accessibles, esthétiques et fonctionnels dans l’Algérie colonisée ? (1re moitié du XXe siècle)
  • Mardi 26 mars
    Mohammed Hadjiat, Arche, Université de Strasbourg et Laboratoire InVisu
    L’usage de la restauration et de la construction des mosquées par le Génie militaire à travers la conquête de l’Algérie (1830-1870) : un outil politique au service de la colonisation
  • Mardi 2 avril
    Alice Thomine-Berrada, École nationale supérieure des beaux-arts de Paris
    Réflexions sur le nu académique dans le monde méditerranéen post-colonial : à propos du concours du torse de l’école des beaux-arts
  • Mardi 9 avril
    Amandine Dabat, Centre Asie du Sud-Est, EHESS
    Peindre l’Algérie en contexte colonial : l’œuvre picturale de Hàm Nghi (1871-1944), empereur vietnamien exilé
  • Mardi 16 avril
    Marc Mouarkech, Fondation arabe pour l’image
    Les multiples vies d’un négatif. Le digital comme outil d'activation

___

Informations pratiques :

Séminaire hebdomadaire – 22 janvier-16 avril 2019
le mardi de 15 h à 17 h
sur inscription en raison des consignes de sécurité du plan Vigipirate : 
juliette.hueber@inha.fr 

(juliette.hueber @ inha.fr)
Galerie Colbert,
Salle AVD (Paris I), 1er étage
2, rue Vivienne – 75002 Paris ou
6, rue des Petits-Champs – 75002 Paris
Métro Bourse (ligne 3) ou Palais-Royal (ligne 1, 7)
https://invisu.inha.fr