L’Isthme de Suez, journal de l’union des deux mers

L’Isthme de Suez, journal de l’union des deux mers est un bimensuel édité à Paris de 1856 à 1871.

L’Isthme de Suez, journal de l’union des deux mers – visuel

Le journal est dédié au canal de Suez et publié à l’initiative de Ferdinand de Lesseps, président de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez. Ce dernier le décrit en ces termes : « Organe et représentant d’un intérêt universel, étranger par le but qu’il se propose à tout esprit de nationalité exclusive, L’Isthme de Suez, journal de l’union des deux mers, n’a rien et ne veut rien avoir de commun avec la politique des rivalités internationales et des partis intérieurs. Il embrassera toutes les questions qui se rattachent à sa spécialité ; mais il n’en sortira pas, et il se fera une loi d’éviter tout ce qui pourrait aigrir et diviser les grands intérêts qu’il aura pour mission de concilier et de fondre, dans une œuvre de travail et de paix ».

Le journal est avant tout un organe d’information destiné aux actionnaires de la Compagnie, rendant compte des progrès des travaux de percement (1859-1869) puis de l’exploitation du canal. Il représente une source non négligeable pour l’histoire des débuts des villes de l’isthme de Suez. Ismaïlia fait par exemple l’objet d’une importante notice rédigée par André Guiter, directeur de la société artistique de l’isthme de Suez, en 1866 (p. 86-89). L’inauguration du bassin de radoub de Suez est relatée dans un numéro de la même année (p. 360).

La BnF, qui conserve les volumes des années 1856 à 1869, a numérisé et mis en ligne sur Gallica le volume de l’année 1866.

L’université de Toronto a quant à elle numérisé les volumes des années 1861, 1863, 1865, 1866, 1867, 1868, 1869 et 1871. La présentation des numéros est disponible en mode image et en mode texte et permet une recherche plein texte.

La présentation sur Gallica présente l’avantage d’une navigation directe entre l’index et les pages du journal.