Architetti, ingegneri, decoratori e costruttori italiani in Tunisia

Cet ouvrage s’inscrit dans le cadre de l’étude du patrimoine urbain de Tunisie et s’intéresse plus particulièrement au rôle joué par les architectes, ingénieurs, décorateurs et entrepreneurs italiens à Tunis.

couverture Architetti, ingegneri, decoratori e costruttori italiani in Tunisia

Il est préfacé par Silvia Finzi (Faculté des Lettres de Tunis, Université de la Manouba) qui évoque le problème identitaire de Tunis lié au fait que ses deux composantes majeures : la Médina et la ville européenne, s’ignorent alors qu’elles sont complémentaires. Elle rappelle le passé cosmopolite de Tunis et le rôle joué par les Italiens. 

L’article central de l’ouvrage, signé par Ettore Sessa (Faculté d’Architecture, Université de Palerme), traite de la production architecturale des Italiens en Tunisie pendant le protectorat français. L’auteur retrace l’histoire des rapports mouvementés entre la communauté italienne et l’administration française du Protectorat. La complexité de ces rapports se traduit notamment dans l’évolution du statut des constructeurs italiens, qui jouent un rôle important dans la construction en Tunisie, ainsi que dans leurs choix architecturaux. En détaillant les différentes phases de l’évolution des styles retenus par les architectes, ingénieurs et décorateurs italiens œuvrant en Tunisie, E. Sessa montre la liberté qu’ils ont su acquérir par rapport aux modèles proposés par les architectes français et par l’administration du Protectorat. 

Cet article central est complété par six contributions qui précisent certains des aspects abordés dans l’article d’Ettore Sessa : 

  •  Eliana Mauro s’appuie sur plusieurs exemples d’édifices pour montrer le rôle des entrepreneurs italiens dans l’architecture civile de la nouvelle Tunis. 
  •  Marco Rosario Nobile cherche à reconstruire les styles adoptés, repris, et créés par les constructeurs italiens. 
  •  Kais Khalil évoque les mutations de Tunis liées aux changements sociaux provoqués par l’instauration du Protectorat français en rappelant l’importance du rôle des constructeurs italiens qui développent un style plus personnel que celui imposé par les modèles coloniaux français. 
  •  Adriana Sarro évoque le processus de lotissement du quartier de la Petite Sicile à Tunis. Elle décrit également la Petite Sicile du port de la Goulette.  
  •  Patrizia Miceli s’intéresse aux bâtiments de Tunis liés au divertissement (salles de spectacles, cafés...), construits au début du 20e s en insistant sur les choix stylistiques. 


L’ouvrage se termine par une série de biographies d’artistes réalisées par Joann Valentina Chimento. 

L’ouvrage est accompagné d’une riche iconographie en noir et blanc qui regroupe des photographies anciennes et contemporaines des bâtiments, des reproductions de documents d’archives (plans, portraits d’artistes....) ainsi que des reproductions de peintures.

Ettore Sessa, Architetti, ingegneri, decoratori e costruttori italiani in Tunisia, Palerme : Grafill, 2008 (Architettura e storia ; 1) 

Avec la participation de Joann Valentina Chimento, Kais Khalil, Eliana Mauro, Patrizia Miceli, Marco Rosario Nobile et Adriana Sarro. Préface de Silvia Finzi