Musomed (Mutual Sources on Modern Mediterranean Architecture : towards an open and shared system) (2006-2009)

Musomed

  Read this article in English

Co-financé par la Commission Européenne dans le cadre du 6eProgramme-cadre de recherche et de développement, le projet Musomed est une initiative visant à renouveler et à développer la connaissance des architectures des XIXe et XXe siècles au sud de la Méditerranée, par le biais de l’étude des réalisations des professionnels de la construction. La production savante de cette période témoigne en effet d’une grande richesse architecturale et urbaine, marquée par la circulation de modèles esthétiques et techniques entre les deux rives de la Méditerranée à la faveur de la présence coloniale comme des processus endogènes d’européanisation qu’a connus la région. Les paysages urbains très caractérisés, qui ont résulté de ces influences croisées et emprunts réciproques, constituent un héritage commun, qui suscite aujourd’hui un intérêt croissant auprès des chercheurs et des institutions concernées des deux rives de la Méditerranée, mais demeure mal identifié et peu étudié. Le développement de la connaissance de ces architectures se heurte néanmoins à une difficulté notable d’accès aux sources et aux ressources documentaires, en raison de la nature hétérogène des données à manier (textes, dessins, photographies, qu’ils soient historiques ou actuels) et plus encore de leur extrême dispersion de part et d’autre de la Méditerranée, dans une multitude de fonds peu ou pas inventoriés.

Le projet Musomed se propose de remédier à cette situation en utilisant les nouvelles technologies de l’information. Son objectif spécifique est d’étudier la structuration, le développement et la faisabilité technique d’un prototype d’infrastructure de recherche (plate-forme numérique) en open-source, facilitant l’accès à distance de données documentaires dispersées et diversifiés, leur traitement croisé et leur interrogation. L’action a démarré au 1er mai 2006, et se terminera au début de l’année 2009. Elle engage un partenariat euro-méditerranéen : la coordination française du groupement de recherche international « Architectures Modernes en Méditerranée », du CNRS - avec le support technique de la Direction des Systèmes d’informations du CNRS, le groupe italien sur l’architecture italienne outre-mer du département de Storia dell’Architettura e della Città dell’Università degli Studi de Florence, et l’unité de recherche tunisienne « Villes Historiques de Tunisie et de Méditerranée » de l’Université de La Manouba. Une dizaine d’experts provenant de plusieurs pays du bassin méditerranéen sont associés à la réflexion entreprise.

Le projet a été structuré selon plusieurs axes de travail :

- l’identification des sources disponibles et l’offre numérique actuelle dans ce domaine

- la conception technique de la plate-forme sur la base d’un schéma à trois entrées (par localisation topographique, par acteur de la construction, par document d’archives)

- les questions juridiques impliquées dans l’utilisation de ces divers types de données

Trois études expérimentales ont été menées à bien afin que la plateforme puisse répondre le plus étroitement possible aux cas d’utilisation rencontrés dans le domaine d’investigation concerné :

- traitement de données historiques et acquises sur le terrain tunisien (concernant les églises catholiques, les salles de cinéma, les immeubles d’habitations collectifs à Tunis et les plaques d’inscriptions sur les immeubles de Tunis),

- traitement d’archives italiennes de nature textuelle et visuelle (réalisation d’un corpus bibliographique de contributions d’architectes européens sur l’architecture et l’urbanisme des côtes sud de la Méditerranée dans les périodiques italiens des années 1890-1918, et traitement numérique des plans de villes et dessins d’édifices de la collection ANSMI (association italienne d’assistance aux missionnaires à l’étranger) concernant sept pays non-européens)

- un exemple type de nature transnationale : la compétition internationale pour le Musée des Antiquités égyptiennes du Caire en 1894, considérée comme la compétition architecturale internationale la plus importante à la fin du dix-neuvième siècle, qui a laissé de très nombreuses traces écrites et graphiques (programme du concours, dessins publiés, commentaires critiques, correspondance officielle, etc).

L’avancement du projet a mis en lumière plusieurs développements nécessaires :

- le besoin de formation en technologies de l’information concernant l’identification, l’accès et l’utilisation des sources en ligne dans ce domaine, pour les utilisateurs potentiels.

- la nécessité de concevoir la plate-forme non seulement comme un méta-moteur de recherche interrogeant les bases de données existantes, mais aussi comme un environnement numérique de travail offrant aux utilisateurs la possibilité de produire leurs propres données et de les partager.

Les résultats de cette étude de faisabilité intéressent différentes communautés scientifiques et institutionnelles, au-delà du strict domaine d’investigation concerné. Elle a en effet vocation à fournir des solutions et des méthodes innovantes en matière de gestion et de traitement de volumes importants de données hétérogènes et dispersées, en particulier de nature visuelle, et porte donc sur des questions qui concernent l’ensemble de la recherche en Sciences Humaines.

Le projet Musomed a été retenu par la DG-Recherche de la Commission européenne parmi les 12 projets sélectionnés du 6e PCRD (FP6) pour illustrer la recherche européenne dans le domaine des Humanités (publication à paraître en 2010).

Partenaires du projet :

- Italie, Dipartamento Storia dell’Architettura e della Città de l’Università degli Studi de Florence 
- Tunisie, Unité de recherche "Villes historiques de Tunisie et de Méditerranée" de l’université de la Manouba

Consulter la présentation des résultats de Musomed.