Présences arabes et turques aux Expositions universelles de 1889 et de 1900 : matérialités et mises en récit

Au printemps 1900, l’homme de lettres et amateur d’art égyptien Ahmad Zaki (1867-1934) passe plusieurs semaines à Paris pour prendre connaissance des prouesses techniques et des richesses artistiques exposées dans les pavillons et les allées de l’Exposition universelle.

Il en donne un récit vivant, sous forme de lettres réunies en livre sous le titre Al-Dunyâ fî Bârîs – L’Univers à Paris.

À l’occasion de la parution en 2015 de sa première traduction en français (éditions Norma), cette après-midi d’études propose un retour sur les Expositions parisiennes de 1889 et de 1900 à travers, d’une part, la représentation des États musulmans (Empire ottoman, Égypte, Tunisie) dans leur matérialité (architecture des pavillons, objets exposés, performances organisées) et, d’autre part, les témoignages écrits laissés par des visiteurs arabes et turcs.

L’objectif est d’interroger conjointement les ressorts de la mise en scène d’États indépendants ou passés sous domination coloniale dans une arène internationale, et les enjeux des écrits liés à ces manifestations, dans la variété de leurs genres. Il s’agit, ce faisant, d’inviter à un dialogue entre critique littéraire, histoire intellectuelle et histoire de l’art autour d’un objet commun.

Organisation :

Date : Vendredi 1er avril 2016

Horaire : 14h-18h (Après-midi d’études)

Lieu : EHESS-IISMM, Salle Lombard, 96, bd Raspail, Paris 75006.

Retrouvez le programme via ce lien