Ahmad Zaki, L'Univers à Paris. Un lettré égyptien à l'Exposition universelle de 1900

Ahmad Zaki, L'Univers à Paris. Un lettré égyptien à l'Exposition universelle de 1900, Paris : Norma, 2015

Cette publication propose une édition annotée, illustrée et commentée, en français, du récit publié en arabe par l’homme de lettres Ahmad Zaki à l’issue de sa visite à l’Exposition de 1900 à Paris. La traduction in-extenso du texte est établie par Randa Sabry, directeur du département de français de l’Université du Caire, et est augmentée d’une riche iconographie réunie par Anne-Laure Brisac (INHA), ainsi que d’essais par Alice Thomine (Musée d’Orsay), Sabine Mangold (Université de Wuppertal) et Mercedes Volait sur la figure et les curiosités de l’auteur, méconnu, du récit.

Le projet éditorial :

Les impressions de première main livrées par les visiteurs des Expositions universelles ne sont pas si nombreuses. Le récit d’Ahmad Zaki (1867-1934), lettré arabe décrit par son biographe comme « maghrébin d’origine, palestinien de culture, égyptien d’enracinement », est d’autant plus précieux qu’il permet de faire entendre une voix non-européenne. Autodidacte, l’homme œuvra sa vie entière en Egypte au renouveau des lettres arabes. Grand bibliophile, il collectionna les ouvrages rares et manuscrits en langue arabe. Amateur d’art, il défendit avec passion la renaissance de l’architecture islamique. L’ampleur des curiosités de cet esprit éclairé, alliée à une plume d’une absolue sincérité, donne une saveur particulière au compte rendu de ses visites répétées (du 18 avril au 12 juillet 1900) aux installations de l’Exposition parisienne. Zaki fait partager à son lectorat arabe ses enthousiasmes et ses irritations de façon alerte et vivante, à travers une écriture fleurie, émaillée de vers, proverbes et maximes populaires. La traduction en français de son texte invite ainsi à une double découverte : l’Exposition universelle vue par un homme de lettres égyptien, et la façon toute particulière dans laquelle il retranscrit ses observations. Des compléments iconographiques, en sus des illustrations incluses dans le texte original, donnent à voir l’ensemble des sections et pavillons décrits dans le récit.

Le prix :

Soutenu par le Centre national du livre, parrainé par le Syndicat de la librairie française, co-organisé par l’Institut national du patrimoine et le Groupe Art et Beaux Livres du Syndicat national de l’Édition, le Salon du livre d’art du Festival d’histoire de l’art de Fontainebleau présente en 2014 deux prix de la traduction, qui récompensent d’une part un projet de traduction d’un essai sur l’art du français vers une langue étrangère et d’autre part, un projet de traduction d’une langue étrangère vers le français. Le Salon a annoncé la création en 2015 d’un prix récompensant un ouvrage d’histoire de l’art relatif à la Méditerranée.

Téléchargez la plaquette de présentation au format pdf