Outils, méthodes, corpus : la modélisation des données en SHS, INHA, 17 novembre 2014

Institut national d’histoire de l’art, salle Giorgio Vasari (1er étage), 9h à 18h

L’objectif de cette journée est de réunir des laboratoires de recherche et des institutions engagés la dynamique du web sémantique pour la structuration et la diffusion de leurs travaux. En s’appuyant sur le traitement de corpus particuliers, dans le contexte de démarches scientifiques spécifiques, cette rencontre sera l’occasion d’échanger autour de la mise en œuvre des standards et des outils du web de données : choix des ontologies, utilisation de notices et de vocabulaires d’autorité, alignement sur des jeux de données de référence.

L’USR InVisu a pour vocation de contribuer à la réflexion méthodologique en histoire de l’art par l’expérimentation des nouvelles technologies de l’information. Elle est engagée dans l’élaboration d’un référentiel sur les monuments du Caire, destiné à être diffusé selon les standards du web sémantique.

La participation à cette journée est libre dans la limite des places disponibles. Pour y assister, merci de vous inscrire avant le 27 octobre 2014, en envoyant un message à : emmanuelle.perrin[at]inha.fr

Programme

– 9h15-9h30 
Allocution d’ouverture

Données, corpus, publications : les enjeux de l’information scientifique et technique au CNRS à l’ère numérique, Didier Torny (directeur adjoint scientifique en charge de l’information scientifique et technique à l’InSHS)

– 9h30-9h45

Présentation de la journée

Emmanuelle Perrin (InVisu, USR 3103 CNRS/INHA)

Première partie

Présidence de séance : Antoine Isaac (R & D manager, Europeana)

– 9h45-10h35 
ISNI - Les enjeux d’un identifiant international pour les personnes et les organismes Anila Angjeli  (BnF, département de l’information bibliographique et numérique)

– 10h35-10h50 Pause

– 10h50-11h40 
Le modèle FRBR appliqué au patrimoine arabo-musulman René-Vincent Du Grandlaunay (directeur de la bibliothèque de l’Institut dominicain d’études orientales, Le Caire)

– 11h40-12h30 
Biblissima et la modélisation de l’histoire de la transmission des textes et de la constitution des collections Matthieu Bonicel  (BnF, coordinateur de Biblissima) et  Stefanie Gehrke  (coordinatrice métadonnées, Biblissima)

– 12h30-14h00 Déjeuner

Seconde partie

Présidence de séance : Anila Angjeli

– 14h-14h50 
L’expérience LIMC & CLAROS : pour l’élévation des données du patrimoine et de la culture dans le Linked Open Data Anne-Violaine Szabados  (CNRS, ArScAn, UMR 7041, ESPRI-LIMC, Paris Ouest Nanterre La Défense)

– 14h50-15h40 
Le projet SyMoGIH et le web de donnéesFrancesco Beretta  (CNRS, LARHRA, UMR 5190, Université de Lyon)

– 15h40-16h00 Pause

– 16h-16h50 
Modéliser le transfert des savoirs en Europe septentrionale aux XVIIe et XVIIIesiècles : l’exemple du projet LexArtFlore César  (CRISES, EA 4424, université Paul-Valéry, Montpellier 3)

– 16h50-17h30
Synthèse de la journée et discussion, Mercedes Volait (InVisu, USR 3103 CNRS/INHA)

télécharger le programme au format pdf

Compte rendu

Voir le compte rendu de Joerg Wettlaufer sur le blog digihum.de

Biographies des intervenants

Anila Angjeli est expert en métadonnées et standards de description au sein du département Information bibliographique et numérique de la Bibliothèque nationale de France. Elle mène des activités de recherche et développement dans des projets qui favorisent l’échange et le partage d’expertise avec d’autres communautés, l’interopérabilité et l’interconnexion des jeux de données, et l’exploration des voies qui ouvrent les nouvelles technologies. A ce titre elle est impliquée dans des initiatives nationales et internationales intersectorielles. Particulièrement portée sur les questions des référentiels d’autorité, elle préside le groupe d’experts français AFNOR GC46-9 GE4 Données d’autorité. Elle est membre du Comité directeur de l’Agence Internationale ISNI (ISO 27729 International Standard Name Identifier), co-présidente le sous-comité technique de EAC-CPF (Encoded Archival Context – Corporate bodies, Persons and Families) de la SAA (Society of American Archivists) et est membre associé de The European Library Interoperability & Technical Working Group.

Après des études de philosophie (1983-1987), puis une coopération nationale en Palestine (1987-1989), René Vincent Du Grandlaunay entre chez les dominicains en septembre 1989. Il achève ses études de théologie avec un DEA en théologie catholique de l’université de Strasbourg. Il est ordonné prêtre en 1994 et part apprendre la langue arabe à Mossoul (Iraq). Depuis 1997, il est membre de l’Institut dominicain d’études orientales au Caire (Égypte) dont il dirige la bibliothèque depuis une dizaine d’années. Parallèlement à cela, il termine une thèse de doctorat en civilisation arabe et islamique sur un savant de la fin de la période mamelouke (Paris 4 Sorbonne). Ces deux occupations convergent vers la conception du catalogue à densité culturelle, AlKindi, qui intègre à la fois la structure FRBR et les spécificités de la culture arabo-musulmane.

Depuis 2013, Stefanie Gehrke est coordinatrice métadonnées de l’équipex Biblissima. Diplômée en langue et littérature scandinave et en théologie, elle a travaillé de 2008 à 2012 au département des manuscrits, de l’Herzog August Bibliothek à Wolfenbüttel, en Allemagne, où elle s’est formée en XML, TEI, RDA, XSL, FRBRoo, CIDOC CRM, etc. De 2010 à 2012, elle participe au projet Europeana Regia, WP 3, Métadonnées, avec la mise en place d’une transformation de données vers ESE et EDM en utilisant XSL. En 2013 et 2014, elle participe à la Digital Humanities Summer School d’Oxford sur RDF et le web sémantique. Elle est membre du TEI Technical Council (2014-2015).

Matthieu Bonicel est conservateur au département des Manuscrits de la BnF où il est en charge de la gestion des campagnes de numérisation et des projets numériques du département (catalogue BnF archives et manuscrits, projets de recherche...). Formé à l’École des chartes, il vient de terminer sa thèse de doctorat sur les arts et gens du spectacle à Avignon à la fin du Moyen Âge (Paris 1) en adoptant une démarche "humanités numériques" pour déterminer les options à la portée de l’historien qui souhaite rendre ses objets de recherche visibles sur le Web de données. Il est également responsable de l’équipe d’ingénieurs qui préparent la réalisation du Portail Biblissima, un équipement d’excellence destiné à rendre interopérable plus d’une cinquantaine de ressources portant sur patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance à l’échelle nationale.

Anne-Violaine Szabados est membre de l’équipe française du LIMC (Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae), du laboratoire ArScAn (Archéologies et Sciences de l’Antiquité-UMR 7041). Le domaine de recherche du LIMC est l’iconographie de la mythologie classique, principalement les cultures grecque, étrusque et romaine, ce qui implique l’analyse des images et des objets antiques. En plus de l’analyse des sources antiques, elle est en charge, depuis plusieurs années, des ressources numériques LIMC-France (bases de données et vocabulaire) qu’elle a fait évoluer en plusieurs bases de connaissances multilingues en ligne - la principale s’apparentant à un corpus numérique d’objets antiques - et en un thésaurus multilingue (TheA : Thésaurus-Antiquité).Ces travaux sur les données et la modélisation (ingénierie des connaissances) l’ont conduite à s’impliquer dans les humanités numériques et le web de données à travers des collaborations, des programmes, des groupes de travail et des réseaux en rapport avec les standards pour l’interopérabilité des données du patrimoine et de la culture.

Historien et chercheur au CNRS depuis 2005, Francesco Beretta  est le responsable du Pôle Histoire numérique du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (UMR 5190 CNRS – Université de Lyon). Spécialiste d’histoire de l’inquisition romaine et d’histoire des sciences, il pratique l’histoire numérique depuis une dizaine d’années (modélisation de l’information, bases de données relationnelles, web des données et encodage de textes au format XML/TEI). Il est l’un des fondateurs et directeurs du projet SyMoGIH (Système modulaire de gestion de l’information historique, www.symogih.org). 

 

Docteur en histoire de l’art, Flore César  s’est confrontée aux questions d’organisation des données appliquées au monde du patrimoine. Elle a ainsi mis en place et adapté plusieurs bases de données pour plusieurs lieux patrimoniaux en vue de l’étude et de la gestion des objets (château d’Espeyran, Musée du Vieux Montpellier…), mais aussi pour organiser des données historiques à l’université des sciences de Montpellier, comme pour sa thèse. Elle est en charge aujourd’hui du projet de logiciel web dans le cadre du projet LexArt, words for art financé par l’ERC depuis 2013.